Câlinothérapie

Cette pratique pose une intention NON SEXUELLE !
 
Voici une version différente d’un concept qui est déjà existant. je vous propose, la câlinothérapie. Je la propose de manière professionnelle.
Ma démarche part d’un amour pour le corps. J’aime masser, j’aime être en contact avec le corps de l’autre. Dans le cœur de ce qu’il peut être vécu. Après 6 ans d’expérience de masseuse, il est né une nécessité grandissante d’amener plus de contact dans ma pratique. Alors j’ai proposé le massage sur futon, qui s’est transformé rapidement en massage cachemirien. Mais c’est encore un espace de mouvement, même s’il est d’une extrême lenteur. 
A côté de ça, lorsque je salue quelqu’un je le prends dans mes bras, c’est un espace hors du temps ou deux personnes se rencontrent et se posent l’une contre l’autre et un paquet de sensations apparaissent alors c’est tout naturellement que j’ai eu cette idée d’associer ce temps de câlin avec un temps de corps à corps qui est une pratique vraiment introspective.
 
Il s’agit d’être accueilli dans les bras d’une femme/mère pour un temps prédéfini. Se laisser aller à un moment à soi, être porté par l’autre : moment nourricier, moment de félicité, pour soi.
 
Le câlin est bien connu pour faire monter l’ocytocine, hormone de l’amour, de la joie, du bien-être. Trouver ici un espace dédié à ce moment, pour se sentir dans des bras universels, avec un amour inconditionnel.
 
Ouvrir son champ de conscience en allant visiter son intériorité (manque, envie, besoin …) lors d’un temps dédié à l’écoute du cœur.

Déroulement ?

Un matelas sera posé au sol, des coussins seront tout autour, avec un plaid. Je serai assise et je vous prendrai contre moi dans la position que vous voulez. (Je répète, ni voyez rien de sexuel !)
 

But ?

L’idée est d’offrir un espace autre que celui offert par son/sa compagnon/compagne, pour se déposer auprès d’une femme/mère/soeur dans la douceur et être entendu dans le coeur. Nourrir cet enfant intérieur qui a besoin d’être considéré afin d’être apaisé et heureux.